Le syndrome de la mort subite du nourrisson est la phobie de tous les jeunes parents. Ce syndrome évoque la mort soudaine qui concerne, en France, 300 à 400 bébés dans leur première année de vie, en bonne santé, souvent pendant leur sommeil.

Comment faire dormir votre bébé pour qu’il puisse respirer normalement ? Doit-on lui laisser des peluches ? Doit-on le mettre dans une gigoteuse ? Faut-il le faire dormir obligatoirement sur le dos ? Autant de questions que chaque parent s’est posée devant son nouveau-né.

Nous allons tout faire pour vous aider à surmonter cette angoisse tout à fait normale en essayant de vous expliquer au mieux ce qu’est la mort subite du nourrisson et comment la prévenir.

 

Qu’est-ce que la mort subite du nourrisson ?

La mort subite du nourrisson ou MSN désigne le décès inattendu d’un bébé de moins d’un an, apparemment en bonne santé. Cette affection dramatique touche le plus souvent les enfants de moins de 4 mois et préférentiellement les garçons. Les bébés prématurés sont plus exposés.

Le risque de mort subite du nourrisson est plus important pendant le sommeil. Souvent, cela se caractérise par un arrêt respiratoire du bébé conduisant à son décès.

 

Quelles sont les causes de la mort subite ?

Les causes sont souvent inexpliquées car aucun signe de détresse, ni de maltraitance n’est relevé dans les cas répertoriée chaque année.

Cependant des circonstances communes ont permis d’établir une liste de causes et de comportements à risque.

 

Le couchage sur le ventre première cause de la mort subite du nourrisson

C’est la première cause de mortalité subite du nourrisson. Le taux de mortalité est le plus élevé chez les bébés de moins de 4 mois.

Il n’est pas recommandé d’adopter la position ventrale pour le couchage de votre bébé. Les recommandations de la Haute Autorité de Santé sont très claires sur le sujet : coucher le bébé sur le dos a fait diminuer de 76 % le risque de mortalité.

Plusieurs « mauvaises » raisons peuvent pousser les parents à aller à l’encontre de ces recommandations et coucher leur enfant sur le ventre :

  • la peur du crâne plat, tête plate ou plagiocéphalie,
  • c’est la position qui permet au bébé de dormir plus facilement, souvent à cause de reflux gastro-œsophagiens (RGO) et des régurgitations,
  • à cause de traditions ou coutumes familiales.

 

Étouffement ou étranglement

C’est une cause souvent évoquée mais difficile à démontrer après le décès. Le fait est que dans près d’un tiers des cas, un objet tel qu’une couverture, une couette,  un oreiller, un tissu, une peluche ou un jouet est retrouvé dans le lit du bébé.

 

Le cododo et le risque de décès du bébé

Dormir dans le même lit que son bébé (co-dodo ou co-sleeping) augmente les risques de mort subite du nourrisson. Ce dernier peut s’étouffer sans que vous vous en rendiez compte pendant que vous dormez tous les deux.

 

La chambre trop chauffée en cause

La régulation de la température d’un bébé n’est efficace qu’autour de 18 mois à 2 ans. Si la chambre de votre bébé est chauffée de manière exagérée et que le bébé est trop couvert, le risque de décès est présent.

 

Le tabagisme et l’alcoolisme maternel

Femme enceinte fume risque mort subite

Il a été démontré par des chercheurs américains et sud-africains que les femmes enceintes qui consommaient alcool et tabac pendant leur grossesse augmentaient le risque de mort subite chez leur bébé.

Il en est de même chez les bébés exposés dès leur naissance au tabagisme passif.

 

Une cause génétique

Une composante génétique a été retrouvée chez de nombreux nouveau-nés décédés subitement, sans expliquer réellement la cause du décès. Ces bébés ont en commun une déficience d’une certaine enzyme, en lien avec le transformation des lipides.

 

Une pathologie infectieuse

Des germes sont retrouvés de manière plus fréquentes chez ces bébés décédés. Mais la cause de la mort subite reste inexpliquée dans ce cas.

 

Une anomalie cardiaque

Une anomalie cardiaque non décelée est une des hypothèses pour expliquer le décès de certains de ces nourrissons, qui auraient subi un arrêt cardiaque.

 

Comment prévenir le syndrome de la mort subite du nourrisson ?

 

Il faut rappeler que la mort subite de nourrisson concerne environ 0,03 % des bébés (soit 30 bébés pour 100 000). Rassurez-vous, en suivant plusieurs recommandations assez simples, en adoptant les bons gestes, vous permettrez à votre bébé de rester en bonne santé.

 

Ni alcool, ni tabac pendant la grossesse

L’alcool et le tabac pendant la grossesse augmente le risque de mort subite.
Essayez d’arrêter de fumer, de vous sevrer avant ou pendant la grossesse, grâce à des patchs de nicotine par exemple. De même, après la naissance, le tabagisme passif est un facteur de risque de mortalité pour votre bébé.

 

Dormir sur le dos diminue le risque de mort subite du nourrisson

Vous devez coucher votre bébé sur le dos. La recommandation des autorités sanitaires françaises datent de 1994. Nous avons tous dans notre entourage des parents qui nous disent qu’auparavant les bébés dormaient sur le ventre, que bientôt le discours changera de nouveau … Ne cédez pas !

Non, le discours ne changera plus, les conclusions des études scientifiques sur le sujet sont indiscutables. Même si vous avez une bonne raison de coucher votre bébé autrement, réfléchissez au bénéfice comparé au risque encouru.

Pour dormir, certains bébés ont plus de facilités sur le ventre. C’est souvent le cas lorsqu’ils souffrent de reflux gastriques importants. Dans ce cas, parlez-en à votre pédiatre ou allez voir un ostéopathe. L’ostéopathie peut aider à soulager le reflux gastro-œsophagien des bébés.

Si votre bébé dort sur le ventre car vous avez peur que son crâne s’aplatisse, là encore, allez voir un ostéopathe !

 

Préférez un matelas ferme

La literie est un élément primordial. Les bébés ont besoin d’un matelas qui les soutient bien pendant leur sommeil. Un matelas trop mou augmente le risque d’étouffement quand ils commencent à se retourner. En effet, ils risqueraient d’enfouir leur tête dans un matelas excessivement mou.

 

Pas d’espace entre le matelas et le lit

Le matelas de votre enfant doit être adapté au lit. Il pourrait se retrouver coincé si un espace trop important entre le matelas et le lit est présent.

 

Évitez le cododo

Evitez de faire dormir bébé dans le lit des parents pour réduire le risque ! Le co-dodo est à risque. Même s’il n’arrive à dormir que dans vos bras, il faut éviter de s’endormir avec lui. Vous risqueriez de l’étouffer pendant son sommeil. Il a, là aussi, probablement des coliques ou des reflux gastriques (RGO). Si les gènes sont importantes, parlez-en au pédiatre ou à un ostéopathe.

 

Pas de doudous et peluches dans le lit avant 5-6 mois

quel age peluches bebes

Tant que votre bébé n’a pas une motricité suffisamment développée, il faut éviter jouets, peluches, doudous dans son lit.

 

Pas de drap ni de couverture avant 2 ans

La gigoteuse ou turbulette est à préférer avant les 2 ans de votre enfant. Il existe des gigoteuses été et hiver. Il faut éviter les draps, couvertures ; il risquerait de s’entortiller dedans. Lorsqu’il passera à un vrai lit, pas avant 2 ans, vous pourrez lui mettre un drap et une couverture.

 

Pas d’oreiller

Votre bébé doit dormir à plat ! C’est recommandé pour la bonne croissance de sa colonne vertébrale, mais également pour éviter la mort subite du nourrisson. Les oreillers, c’est à partir de 2 ans !

 

Les tours de lit, pour ou contre ?

Un objet mou disposé dans le lit d’un nourrisson peut-être dangereux. Sa bouche et son nez peuvent s’obstruer, partiellement ou totalement à son contact et entrainer la suffocation du tout petit. Pour le choix d’un tour de lit pour votre bébé, optez pour un modèle fin, ferme, bien attaché et pas trop rembourré.

 

Température de la chambre autour de 18-19°C

Ne surchauffez pas la chambre de votre enfant. La température idéale est 18°C. S’il fait trop chaud, vous augmentez les risque de survenue d’hyperthermie et de problèmes respiratoires.

 

Pour finir, rappelez-vous qu’au moindre signe d’anomalie (fièvre, changement brusque de comportement, respiration difficile…), vous devez sans tarder emmener votre bébé chez un médecin ou un pédiatre

 Articles qui devraient vous intéresser
Alimentation du bébé de 0 à 2 ans